Dimension identitaire

casse-tete eurasien

Déjà un quart de siècle nous sépare du démantèlement de l’URSS, mais l’épithète postsoviétique conserve encore toute sa valeur heuristique : ne serait-ce que pour saisir la nostalgie ambiante pour le défunt statut de superpuissance.

Or, si le point de départ méthodologique devait se situer dans l’imaginaire des élites russes, alors il faudrait désormais accepter de placer la notion d’Eurasie au cœur de notre questionnement : à condition, toutefois, de garder à l’esprit qu’il s’agit là d’un évènement contingent.

L’ODE propose de scruter l’évolution des discours actuels sur l’Eurasie. Il souhaite examiner les nouveaux horizons que cette notion ouvre sur les « orients imaginaires » du « monde russe » (Russkiy mir). Parallèlement, il s’intéresse aux mouvements de résistance que ce discours génère, aux différentes formes qu’ils prennent, notamment dans les marches européennes de l’ex-Empire, où justement l’Asie constitue très souvent le socle fondateur des altérités identitaires.